logo Questembert

De quoi notre petite ville est-elle le centre ?

Non, Questembert n’est pas le centre du monde ! Elle n’a pas l’ambition de rivaliser avec Pougne-Hérisson (Deux-Sèvres), qui est depuis 1990, grâce à Yannick Jaulin, le nombril du monde. Malgré tout, c’est une petite ville centre de quelque chose, c’est pour ça qu’avec Malansac elle a été retenue dans le cadre du programme Petites villes de demain. La ville et Questembert Communauté nous invitent à faire part de nos besoins, de nos attentes, de nos satisfactions et de nos insatisfactions. Le questionnaire a été distribué avec le bulletin municipal (p.11 et 12), il est aussi accessible sur le site de Questembert Communauté.

Trois questionnaires pour Questembert, 3 pour Malansac

Vous trouverez ici le lien pour le questionnaire grand public Questembert.

Sachant que vous trouverez aussi les liens vers les questionnaires dédiés à la jeunesse et aux commerçants, ainsi que les liens qui concernent plus particulièrement Malansac.

La diffusion des questionnaires papier semble restreindre l’enquête à la commune de Questembert. Mais en fait, notre petite ville rayonne au-delà des limites communales. Il est par conséquent utile que tous ceux qui se sentent concernés apportent leur point de vue.

Un centre à géométrie variable

Ne me dites pas que ce titre n’a pas de sens, je le sais ! Mais à partir de ce point fixe, les périmètres varient, plus ou moins proches, plus ou moins éloignés. Sans conteste, la ville – ne dites jamais le bourg ! – est d’abord le centre de la commune : en simplifiant, un quadrilatère de 8km de diagonale. Elle est aussi le chef-lieu de Questembert-Communauté et du canton de Questembert, celui d’avant qui remontait au XIXème et celui qui a été redessiné par le redécoupage de 2014.

Des signes de centralité : les halles, l’église, la gare

Les Halles sont le premier signe de centralité : elles montrent que notre petite-ville est historiquement un pôle commercial qui rayonne largement au-delà du périmètre communal, ou même cantonal. Mais l’église paroissiale, très grande, signalée par un clocher impressionnant est une autre marque de la place que tient Questembert, un doyenné dont le curé avait autorité sur les recteurs des paroisses aux alentours et qui avait supplanté le doyenné de Péaule. De celui-ci ne subsiste aujourd’hui que le foie gras de canard « doyenné de Lanvaux », fabriqué à Lauzach.

La gare est le troisième signe majeur de centralité. Elle est un peu à l’écart du cœur de l’agglomération, sans doute pour des raisons topographiques, et non pas parce que les notables de l’époque auraient refusé qu’elle soit plus proche de la ville. La ligne de chemin de fer suit à peu de chose près la voie romaine, qui devint ensuite le tracé de la Route royale comme on le voit sur la carte de Cassini (18ème siècle). Voir les pages 26 et 27 de cet article du bulletin de la Société Polymathique du Morbihan (1929).

La Route royale sur la carte de Cassini

Et pour ceux qui veulent aller plus loin sur les routes…

Au-delà des symboles, des réalités

Depuis longtemps, Questembert est une ville de commerces, comme en témoignent les Halles. Mais c’est aussi un gros marché hebdomadaire, c’était une foire qui attirait de loin. Je ne ferai pas la liste des commerces d’hier et d’aujourd’hui : chacun sait combien ils comptent dans notre vie locale.

A côté de cette activité commerciale, il faut regarder les services qu’on vient chercher dans notre petite ville. Et d’abord les écoles. Dans les années 50, le public et le privé ont des classes de  cours supérieur, au-delà du certificat d’études. Dès 1924, il y avait un pensionnat pour les filles qui y accédaient. Les cours supérieurs – qui deviendront les collèges – accueillent des jeunes de Questembert, et des communes environnantes. (à voir sur le site de JP Guillement Images de Questembert). Il y a eu ensuite le Centre d’Études Techniques, première pierre de ce qui est devenu un lycée professionnel avant qu’on obtienne la création du lycée d’enseignement général et professionnel Marcelin Berthelot, qui est un atout pour la centralité de Questembert.

La centralité se voit aussi dans les services administratifs, médicaux, etc. Un exemple récent : le point d’accueil France Services au siège de Questembert Communauté a reçu des usagers de Noyal-Muzillac, de Péaule, de Pleucadeuc.

Zone de chalandise : une façon de mesurer l’influence

La zone de chalandise vise à repérer d’où viennent les clients des commerces, et son périmètre varie en fonction des produits et des types de commerce. Restreint lorsqu’il s’agit des achats de première nécessité, comme l’alimentation, ce périmètre s’étend pour d’autres biens : où les habitants d’un secteur vont-ils acheter les vêtements, le mobilier, etc. En creux de ces observations, cela permet de mesurer l’évasion commerciale. Et de tenter de la limiter ?

A ce sujet, je vous invite à répondre à l’enquête lancée par la CCI de Bretagne sur les habitudes de consommation des ménages bretons. Les réponses seront sûrement utiles à la CCI, mais elle permet à chacun de s’interroger sur sa propre pratique : qu’est-ce que j’achète et où ?

Si la notion de zone de chalandise s’applique au commerce, elle peut s’étendre à d’autres domaines. Ainsi, la carte scolaire en est une version administrative. Avec des pratiques d’échappement qui ressemblent à… l’évasion commerciale.

Maintenir la centralité de notre petite ville

Le choix est clair : laisser dépérir notre petite ville ou tenter de maintenir et d’accroître son attrait et son rayonnement. Un choix qui dépend en partie des élus : ils ont reçu un mandat pour cela. Mais la responsabilité est collective et les résultats dépendront de l’engagement de tous, en dépassant les intérêts individuels.

Par exemple, la municipale va s’appuyer sur le programme Petites Villes de Demain pour accroître l’attractivité de notre centre-ville. En améliorant les mobilités, en soutenant la réhabilitation de logements, en favorisant le commerce… Mais…

Mais il arrive parfois que des efforts se conjuguent pour empêcher l’action. D’accord pour de nouveaux commerces, mais il ne faut pas qu’ils concurrencent le mien ! Une observation en passant : dans les réponses au questionnaire des réunions de quartier, j’ai vu que certains regrettaient l’absence de « grandes enseignes » à Questembert, par comparaison avec Muzillac. Et je vous reparlerais bien d’évasion commerciale…

Votre avis compte

Il est encore temps, avant le 25 mars, d’exprimer vos attentes et vos besoins, avec le questionnaire en ligne. Vous pouvez aussi répondre par courrier avec celui qui est inséré dans le bulletin municipal (p.11 et 12), que je reproduis ci-dessous et que vous pouvez donc imprimer. Cela permettra aussi à ceux qui se sentent concernés par la centralité de notre petite ville sans y habiter de donner leur avis.

à imprimer, le questionnaire page 1
A imprimer, le questionnaire page 2

Une réflexion sur « De quoi notre petite ville est-elle le centre ? »

  1. La Bogue d’Or, un club qui faisait rayonner Questembert
    Ce n’est plus le cas mais les « jaune-et-noir » de la BO étaient un club phare de notre secteur : les jeunes des alentours venaient jouer à Questembert; l’équipe A jouait en DSR, elle avait perdu en demi-finale de la coupe de l’Ouest contre Lamballe…
    Qu’en reste-t-il?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.