Pluviôse, c’est aussi un poème

Oui, dans Les Fleurs du mal, sur le thème du spleen, Baudelaire a donné Pluviôse comme titre à un de ces poèmes. C’est beau, mais c’est triste…

Le spleen, tristesse profonde

Pluviôse, irrité contre la ville entière,
De son urne à grands flots verse un froid ténébreux
Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux.

Mon chat sur le carreau cherchant une litière
Agite sans repos son corps maigre et galeux ;
L’âme d’un vieux poète erre dans la gouttière
Avec la triste voix d’un fantôme frileux
.

Le bourdon se lamente, et la bûche enfumée
Accompagne en fausset la pendule enrhumée
Cependant qu’en un jeu plein de sales parfums
,

Héritage fatal d’une vieille hydropique,
Le beau valet de cœur et la dame de pique
Causent sinistrement de leurs amours défunts.

ça nous change des chatons communs sur la toile

Pluviôse, mon agenda subjectif

Pluviôse, mois des pluies : le primidi de la 13ème décade de l’An CCXXXI correspond à notre 21 janvier 2023. Pluviôse, mois des pluies abondantes. Et, toujours attentif aux événements à Questembert et aux environs, je continue dans cet agenda subjectif à vous signaler ceux qui me font envie, qui m’intéressent, et qui peut-être pourraient vous intéresser vous aussi. N’hésitez pas à me communiquer vos événements.

Continuer la lecture de Pluviôse, mon agenda subjectif

Tohon Saint-Eloi, restauration des milieux aquatiques

Vous le savez sûrement (?) une enquête publique est en cours, jusqu’à ce vendredi 20 janvier, sur la restauration des milieux aquatiques des bassins versants Saint Eloi, Estuaire Vilaine, Kersempé et Marzan. C’est Eaux et Vilaine qui porte le dossier, mais il nous concerne plus directement dans la portion du St-Eloi (Tohon) entre le moulin de Carné et les sources du chevelu qui constitue le bassin versant.

Un dossier complet… et complexe

Continuer la lecture de Tohon Saint-Eloi, restauration des milieux aquatiques

À l’Asphodèle, Dabadie, les choses de nos vies

C’est à l’Asphodèle, vendredi 20, Dabadie, les choses de nos vies. Le titre vous met sans doute la puce à l’oreille : le lien avec Les Choses de la vie, le film de Claude Sautet, interprété magistralement par Romy Schneider, Michel Piccoli et Léa Massari (à l’Iris Cinéma, jeudi 12). En effet, Dabadie a participé au scénario adapté du roman de Paul Guimard, mais il a surtout été un dialoguiste, un parolier, un faiseur de chansons, auteur de titres innombrables, dont beaucoup résonnent encore dans nos têtes. Cette œuvre protéiforme est la source du spectacle musical réalisé par Clarika, Maissiat et Emmanuel Noblet, avec le claviériste et guitariste Mathieu Geghre. créé au Théâtre de l’Atelier en décembre.

Continuer la lecture de À l’Asphodèle, Dabadie, les choses de nos vies

Nos chemins noirs

La randonnée est à la mode. Chaque jour ou presque, la BO rando propose une sortie. L’un fait le Tro Breiz, l’autre se lance sur le chemin de Compostelle. Bon pour la santé, bon pour le moral. Notre commune s’est dotée d’un schéma mobilités douces, où la marche tient une place importante. Jusqu’ici, l’accent a été mis sur les parcours de randonnée, comme en témoigne l’ouverture récente de la Boucle du St-Éloi. Mais l’heure est venue de penser à des trajets fonctionnels : des chemins qui mènent où l’on a besoin d’aller. Il faudra créer ces chemins, et pourquoi pas en s’inspirant des traces qui restent gravées dans notre géographie ?

Réflexion et concertation sur les mobilités : ça continue avec l’enquête gares et mobilités d’ici le 31 janvier.

A la manière de Sylvain Tesson

Continuer la lecture de Nos chemins noirs

On en sait un peu plus sur le sigle ZAN, Zéro Artificialisation Nette

Le ZAN ? De quoi parle-t-on ? Comment y parvenir ? telles étaient les questions posées le 6 décembre dans le dernier webinaire du cycle de rencontres Les Territoires innovent édition 2022 proposé par l’État en région, la Région Bretagne, l’EPF de Bretagne et la Banque des Territoires.

De quoi on devait parler

Continuer la lecture de On en sait un peu plus sur le sigle ZAN, Zéro Artificialisation Nette

Écouter la parole des grands-parents

Nos anciens ont des choses à nous dire. Encore faut-il que nous prenions le temps de les écouter, que nous les aidions à nous parler. Un article de The Conversation propose d’adopter pour cela les méthodes des chercheurs en anthropologie. La démarche pourrait, je crois, être utile aussi bien pour chacun de nous que, dans un cadre plus large, pour retisser les liens entre générations à l’échelle de notre commune ou communauté. D’autant que la réflexion est engagée pour un nouveau contrat local de santé.

NB : Ayant moi-même rejoint la génération des anciens, je ne veux pas ici faire un plaidoyer pro domo. Ce n’est pas de moi qu’il s’agit.

Continuer la lecture de Écouter la parole des grands-parents

Bonne année 2023 : la terre de nos enfants

« Nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. » Saint-Exupéry ? Non, encore une citation apocryphe, qui, probablement, nous vient des peuples premiers du Canada. Peu importe sans doute ; car ce qui compte, c’est que, désormais, nous ayons pris conscience que nous ne pouvons plus continuer à dépenser plus de ressources que n’offre notre planète.

Continuer la lecture de Bonne année 2023 : la terre de nos enfants

Les vœux du maire, à quoi ça sert?

Samedi prochain, 7 janvier, à l’Asphodèle, Boris Lemaire présentera ses vœux aux Questembertois. L’an passé, en raison du COVID, nous avions dû nous passer de cette cérémonie et nous contenter d’une interview en vidéo. La cérémonie des vœux est une tradition bien ancrée, mais en réalité, elle est assez récente. Sur le modèle des vœux présidentiels télévisés du général de Galle, elle s’est répandue jusqu’au niveau communal dans les années 80.

À Questembert, une première trace en 1993

Continuer la lecture de Les vœux du maire, à quoi ça sert?

Le premier de l’an

Je devrais mettre ce petit texte de fantaisie sur ma page FB Questembert au gallo, puisqu’il sera consacré presque essentiellement aux traditions locales liées à la fin d’une année et au début de la suivante. Mais j’ai envie de le partager plus largement et de lui donner un peu plus d’étoffe.

Ne dites pas jour de l’an!

Nouvel an, jour de l’an sont désormais les expressions communes qui remplacent la seule que nous avions naguère : le premier de l’an ! Comme on dit maintenant village au lieu de bourg, commune, alors que le village, chez nous, c’est le petit groupe de maisons et de fermes : le village de Saint-Jean ou le village de Lesnoyal qui sont maintenant aussi gros sans doute que le bourg de St-Gorgon ou le bourg d’Evriguet.

Continuer la lecture de Le premier de l’an