Quelques idées pour des conseillers départementaux

A lire les quelques lignes dédiées par la presse aux présentations des candidats, il est difficile de se faire une idée précise de ce que seront leurs propositions. Parfois même ça se réduit à « on a un bon chef (pas la peine de réfléchir?), on a des sous, donc on va faire du social, surtout pour les vieux, et aussi des routes et encore des collèges. » Nous recevrons bientôt les programmes, les documents officiels et les tracts. Ce n’est pas à moi de les écrire, je veux seulement vous faire part de ce que je voudrais y trouver, vous aussi peut-être.

Les compétences du département

Des engagements de transparence, de communication

En tant qu’élu j’ai toujours accordé beaucoup d’importance à l’information des citoyens. Désormais retraité, mais citoyen attentif à l’action de nos élus, j’attends qu’ils nous expliquent ce qu’ils font, ce qu’ils préparent, qu’ils nous rendent compte régulièrement du mandat que nous leur avons confié.

J’attends toujours d’ailleurs, vous aussi sans doute, le bilan de mandat de nos conseillers départementaux sortants ! Bon, d’accord, nous n’avons rien à attendre. Dommage.

Faire du social, oui, mais quoi précisément ?

C’est le premier poste budgétaire du département, et pour une bonne part, ce sont des « dépenses contraintes » imposées par la loi. Reste à donner du sens, du contenu, à ces dépenses.

« On va continuer à s’occuper des personnes âgées. » Sans doute. Mais j’aimerais bien que, d’abord, les anciens soient considérés comme des citoyens qui, pour beaucoup, peuvent encore être actifs, utiles, comme le revendique l’association d’Odile Plan « or gris » dons je vous ai parlé à plusieurs reprises. Dans cet article Les seniors, une ressource pour nos territoires, et dans cet autre Un vieux peut en cacher un autre!

EHPAD, maisons de l’autonomie, résidences partagées, ces trois modes d’hébergement répondent en partie aux besoins, mais il faudrait sans doute ouvrir plus de places. J’ai encore en mémoire la réponse étriquée du département à notre demande d’extension du Foyer-Logement/Résidence autonomie. Nous voulions 6 appartements de plus, nous n’en avons obtenu que 2 (à lire ici Rénovation du Foyer-Logement).

Il faudrait peut-être imaginer des solutions innovantes comme la colocation entre seniors, les béguinages, ou les colocations intergénérationnelles, une bonne solution pour lutter contre la solitude des anciens et des jeunes étudiants ou travailleurs.

Le maintien à domicile est la solution préférée, encore faut-il qu’elle soit possible, et cela suppose des services médicaux et paramédicaux de proximité – qui sont bien présents chez nous – et des services d’accompagnement et d’aide. Dans ce domaine, il est essentiel que le département soutienne la formation et le recrutement de ces personnels et que les rémunérations rendent ces métiers difficiles plus attractifs. Mais il faut aussi que les tarifs horaires fixés par le département pour des organismes habilités au titre de l’aide sociale (comme le SAAD de Questembert ou l’ADMR) soient… raisonnables.

L’accueil des handicapés s’est longtemps organisé dans un système de clientélisme bien verrouillé : malgré de multiples demandes étayées par une analyse solide des besoins, le conseil général m’avait refusé la création d’un lieu d’accueil, jusqu’à ce qu’un candidat à l’élection apporte sur un plateau le foyer Marie Balavenne (les handicapés dans la cité) ! Instrumentalisation politicienne des difficultés des familles, mais le foyer existe, il remplit sa mission, il va bientôt s’étendre. Il manque aussi dans notre secteur un ESAT (établissement et service d’aide par le travail).

La mission d’insertion

Avec ces établissements ESAT, on est à la frontière d’une autre mission du département : l’insertion des personnes éloignées de l’emploi. Dans mon article Morbihan, changer de point de vue, j’ai déjà évoqué comment la procédure d’appel à projets mise en place par le département avait conduit à la fermeture d’ateliers d’insertion, comme celui de l’association Pas-à-Pas qui s’adressait aux chômeurs les plus éloignés de l’emploi.

Heureusement, le chantier Nature et patrimoine de Questembert a conservé son financement. De même que le chantier maraîchage d’Envol-56 installé sur des terres de Questembert Communauté près du Moulin Neuf. Cependant sur un territoire plus large, on pourrait imaginer un chantier d’insertion axé sur les travaux de bâtiment en second œuvre pour répondre aux besoins de la rénovation énergétique. Il en existe ailleurs en France et pourquoi pas chez nous ?

L’insertion par l’activité économique, ce pourrait être aussi un projet dans le cadre de Territoire Zéro Chômeur de longue durée. J’avais proposé cela au conseil communautaire, sans rencontrer le moindre écho ! Mais les temps ont changé, n’est-ce pas ?

Les routes départementales… la D 775

Ce n’est pas une route, c’est un serpent de mer ! Un ancien conseiller général avait fait de la mise à 2×2 voies un argument de campagne… avant d’être élu ! C’était une « réalité en devenir, » disait-il. J’ai longtemps milité pour obtenir ces travaux. Je suis aujourd’hui moins sûr de ma position.

Sur ce sujet, nous avons un bel exemple de politique clientéliste : la portion de 2×2 voies qui existe entre l’Epine… et Malansac-Caden. Il fallait bien soutenir le conseiller général du coin. Même si ce beau tronçon ne répond pas à d’autres besoins.

Entre l’Epine et Malansac (image Geoportail)

Les collèges, oui

Elven a un collège neuf, très bien. Questembert aura bientôt le sien… malgré l’imbrication des problèmes entre le lycée avec les transports scolaires (la Région), la commune (salles de sports, accès), Questembert communauté (parking). Et du côté du département, on n’a pas joué la concertation. Je vous dis ça, mais vous n’en savez rien, puisque le département n’a jamais communiqué sur le projet, depuis l’annonce aux vœux communaux de 2019 comme le notait Boris Lemaire dans cet article Des vœux, une annonce et une certaine manière de faire de la politique.

Les collèges ont aussi un service de restauration scolaire, et on aimerait bien que le département s’engage conformément à la loi Egalim à proposer des menus élaborés avec 50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques.

Et la transition énergétique ?

La Région, les EPCI, dont Questembert Communauté, se sont engagés dans la transition énergétique avec le SRADDET au niveau régional et le PCAET au niveau local. Le sujet ne semble pas, pour le moment en tout cas, intéresser notre conseil départemental. Pourtant il y a beaucoup à faire ! Et les enjeux imposent une mobilisation de tous les acteurs.

Le département, la Région, les Communes et communautés

Beaucoup aujourd’hui admettent que le département n’a plus vraiment de raison d’être et qu’il devrait s’effacer pour laisser les compétences des proximité aux Communauté et l’organisation stratégique au niveau de la Région, peut-être dans une « assemblée de Bretagne. » D’ailleurs, l’action du département du Morbihan a été si discrète dans les années passées que cet effacement semble déjà en cours.

12 réponses pour “Quelques idées pour des conseillers départementaux”

  1. Babé14 mai 2021 à 9 h 33 minRépondre

    Bonjour Paul,
    Peux-tu nous transmettre un lien nous permettant de mieux connaître les domaines d’intervention du département ? J’ai du mal à m’y retrouver entre commune, département et région …

      1. Babé14 mai 2021 à 16 h 25 minRépondre

        Merci Paul,
        Sur la transition énergétique, si je comprends bien, rien au niveau départemental.
        Sais-tu si l’Intelligence Artificielle et la cybersécurité sont des disciplines utilisées au niveau départemental ? Nous avons des fortes compétences identifiées dans le département (Vannes et Lorient) qui seraient très utiles en la matière.

        1. Paul Paboeuf14 mai 2021 à 20 h 56 minRépondre

          Transition énergétique? A vrai dire, on n’en sait rien : l’information et la communication du Département sont …. (ou ne sont pas!)

          IA, cybersécurité : je fais la même réponse. C’est peut-être du côté de Morbihan Energies (syndicat départemental d’électricité) ou du côté des Sapeurs-Pompiers (SDIS, Service départemental d’incendie et de secours) qu’il faudrait chercher. Quand j’étais au conseil du SDIS, on évoquait régulièrement les questions de sécurité des communications (réseau Antarès).

        2. Paul Paboeuf15 mai 2021 à 21 h 05 minRépondre

          Je complète ma réponse sur la transition énergétique. Comme je le disais, ce n’est pas un sujet de premier plan pour le conseil départemental. J’ai complété mon information en cherchant « développement durable département Morbihan »… J’ai fini par arriver à cette page Atlas de l’environnement du Morbihan où la plupart des références sont des années 2010, les plus récentes – peu nombreuses – sont de 2018!
          C’est dire l’intérêt que présente la transition énergétique pour le conseil départemental….

  2. Alain RIBEYROLLES14 mai 2021 à 11 h 16 minRépondre

    J’ai un avis bien tranché sur les Conseils Départementaux en général (je ne m’avancerai pas sur celui-ci du Morbihan …) Lors de la création des Intercos, et de leurs financement, la réflexion s’est orientée vers un transfert des compétences communales vers la ComCom. Mais je ne pense pas qu’il y ait eu une réflexion sur le transfert des compétences du Département vers ces Intercos. Je pourrais parler pendant des heures de « l’utilité » du Conseil Départemental ….

    1. Paul Paboeuf14 mai 2021 à 21 h 01 minRépondre

      D’accord avec toi! Mais les départementalistes (Dont François Mitterrand) sont parvenus à bloquer toute évolution. Le manque d’intérêt des électeurs – et aussi des candidats – pourrait faire avancer la simplification.

      1. Alain RIBEYROLLES15 mai 2021 à 11 h 41 minRépondre

        Je ne sais pas pour François Mitterrand, mais pour Gérard Larcher qui défend son pré carré, j’en suis persuadé. Et le but premier des ComCom qui était de supprimer tout les syndicats divers et variés (SIVOM, SIVU … ) a été largement dépassé avec les orientations et lois successives (SDCI, loi ALUR, loi NOTRE …) au détriment des communes qui ont été dépouillées d’une grande partie de leur substance et de leurs finances (chacun a son avis sur ce point … ) même si cela était accompagné d’un transfert des charge qui allait avec. Heureusement on nous a laissé les écoles !!!!!!

  3. Alain RIBEYROLLES14 mai 2021 à 14 h 57 minRépondre

    (Re) Bonjour Paul, une remarque (il y en aura peut-être d’autres …)
    Pour le SDIS, si je me trompe pas, le Département gère le fonctionnement mais en aucun cas les investissements (construction des casernes) qui reste à la charge des Intercos ou des communes.

    1. Paul Paboeuf14 mai 2021 à 21 h 03 minRépondre

      Oui, en effet, la départementalisation des services d’incendie (une loi de 1996) n’a jamais complètement abouti en Morbihan. On grogne souvent contre les Enarques, les technocrates, mais les élus sont eux aussi des freins aux évolutions.

  4. Ernest17 mai 2021 à 10 h 04 minRépondre

    Bonjour Monsieur
    Pouvez vous expliciter ce qui vous pousse à être « moins sûr de (votre) position » sur l’aménagement de la D775 ?
    Pourquoi vos arguments raisonnables exprimés sur votre billet du 15 juillet 2013 ne seraient plus valables (« pas de développement sans voies de communication, faciliter la vie des gens… ») ?
    Merci

Laisser un commentaire