Le PCAET notre affaire à tous

Le PCAET, Plan Climat Air Énergie de Territoire, arrive dans sa phase de « consultation numérique » : tous les habitants de notre communauté sont invités à donner leur avis, à faire leurs propositions jusqu’au 19 novembre. Dans le contexte d’urgence climatique et dégradation de l’environnement que nous connaissons, il est essentiel que les citoyens s’emparent de ces questions. Le PCAET est notre affaire à tous. Boris Lemaire, premier vice-président de Questembert Communauté, en charge du développement durable et de la transition énergétique, nous parle des enjeux de ce PCAET.

Boris Lemaire en avait déjà parlé dans son message diffusé le 27 octobre. Il approfondit ses réponses dans cette interview.

Le message de Boris Lemaire

Les questions d’environnement étaient au cœur du programme que tu as porté pour les élections municipales, ta position au conseil communautaire va te permettre d’agir à l’échelle de tout le territoire.

Oui, clairement, les conseillers communautaires ont pris conscience de l’urgence d’agir. Il peut y avoir des nuances mais il y a un quasi-consensus. Et je pense que la plupart d’entre eux se retrouvent dans les thèmes que nous avons développés.

En quelques mots, peux-tu rappeler ce qu’est le PCAET ?

Le PCAET a été initié par la loi Grenelle 2 et formalisé par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015. Toutes les communautés de plus de 20000 habitants sont tenues d’élaborer leur PCAET qui doit être en conformité avec le SRADDET (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) (Voir le SRADDET de Bretagne ici)

Ça peut paraître du jargon de technocrate – ça l’est un peu aussi – mais nous devons nous en tant qu’élus de terrain nous approprier ces enjeux et les faire partager avec tous les citoyens.

Mais le PCAET  de Questembert Communauté a déjà été présenté ?

En effet, la communauté a lancé le processus en 2018 dans un projet partagé avec Arc Sud Bretagne, Ploërmel Communauté et OBC. Le cabinet spécialisé E6 a été choisi pour mener l’opération. Avec le groupe de pilotage des élus, le cabinet a produit un diagnostic illustré par la synthèse ci-dessous.

Synthèse du diagnostic
La synthèse du diagnostic

Après une phase de concertation, d’un côté avec les acteurs économiques et sociaux du territoire et de l’autre à travers des séances de théâtre forum ouvertes au public, les élus ont validé un plan d’actions qui porte sur tous les secteurs d’activité.

Mais plus précisément, qu’est-ce qu’il y a dans un PCAET ? C’est un PLAN, alors ?

Oui, et les actions sont organisées autour de 5 axes stratégiques
Axe 1 – Vers des collectivités exemplaires
Axe 2 – Vers un territoire d’économie locale et circulaire
Axe 3 – Vers un territoire à l’urbanisme et aux mobilités durables
Axe 4 – Vers un territoire sobre et efficace en énergie
Axe 5 – Vers un territoire adapté au climat de demain

Axes stratégiques du PCAET
Les 5 axes stratégiques

Mais c’est une liste très abstraite, des exemples plus concrets ?

Oui, ainsi le conseil communautaire du 2 novembre (à huis clos, en raison des contraintes sanitaires) a débattu de la création d’une plate-forme bois-énergie : le bois est une énergie renouvelable, mieux le valoriser est une façon de réduire notre empreinte carbone et notre dépendance énergétique. Nous avons aussi délibéré sur le projet de recyclerie, un moyen de réduire nos déchets (économie circulaire). Les questions de mobilité ont également été abordées : le transport est un des postes importants des dépenses énergétiques.
Donc on est déjà dans la bonne direction, mais il faut aller plus loin et pour cela nous devons tous nous impliquer. La stratégie globale est visualisée dans l’image ci-dessous : Devenir un territoire à énergie positive en 2050.

Devenir un TEPOS en 2050
TEPOS en 2050

Devenir un TEPOS ? Un sigle de technos déjantés  ?

Non, malgré les apparences, c’est très sérieux : on est un TEPOS, un territoire à énergie positive, quand le territoire produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. En agissant dans deux directions:
– réduire notre consommation par exemple sur le transport et dans l’habitat
– augmenter la production : électricité solaire, photovoltaïque, éolienne.

Mais seulement en 2050 ? C’est l’objectif fixé !

Je crois qu’on peut faire mieux et atteindre cet objectif plus vite. Mais cela de notre mobilisation à tous. Alors je vous invite à participer à la consultation numérique sur la plate-forme participative Dites nous tout

Vous y retrouverez la présentation du projet et une invitation à participer à la réflexion collective avec

  • un questionnaire Que peut-on changer dans notre quotidien pour préserver l’environnement?
  • Et une boîte à idées. La plate-forme est ouverte jusqu’au 19 novembre et il y a déjà plein de bonnes idées en ligne : vous pouvez soutenir des idées proposées, les commenter, et apporter les vôtres.

Agir pour le climat, avec le PCAET, c’est notre affaire à tous.

Pour aller plus loin
Le magazine municipal de Questembert, distribué dans les boîtes aux lettres, consacre une page au PCAET (page 16) et à la consultation en cours jusqu’au 19 novembre.
La lettre info de Questembert Communauté, distribuée dans vos boîtes aux lettres consacre 2 pages au PCAET. Vous trouvez cette lettre info aussi sur le site de la CC. (pages 8 et 9)
et aussi
Le document de lancement du PCAET
La stratégie retenue (synthèse)
Le diagnostic initial (synthèse)
Le plan d’actions (synthèse)
Une présentation plus générale des PCAET
Une autre présentation plus abordable

Changement climatique? Ce qu’on en pense au pays de Trump:

NO global warming
– Bon, cette tempête de glace prouve bien qu’il n’y a pas de réchauffement global
– En fait, maman, le réchauffement brise les modèles climatiques, produisant ainsi des phénomènes météo extrêmes
– Tais-toi, la fille, si je veux apprendre la science, j’ouvrirai la Bible
(Los Angeles Times 2014)

2 réponses pour “Le PCAET notre affaire à tous”

  1. Dupont Béatrice18 novembre 2020 à 9 h 50 minRépondre

    PCAET QUESTEMBERT

    Les documents mis en ligne pour la consultation du public sont pour le moins succincts, résumés, simplifiés et laconiques. Ils ne permettent pas une analyse critique et constructive par un large public et interrogent à de nombreux égards.

    La principale interrogation tient à la question de savoir comment chacune de ces propositions contribuera à remplir les objectifs gouvernementaux et des Accords de Paris et si ces propositions seront contraignantes (prescriptives).

    Par ailleurs, la présentation des données publiées est réductrice. On s’attendrait à des statistiques pour chacun des types de consommation ou d’émissions. Nous en sommes réduits à compter les petits nuages sans savoir combien vaut un petit nuage (graphique des émissions) ou les petits points (graphique des consommations) sans savoir quelles consommations sont à base d’énergie fossile.

    Enfin, comment peut-on proposer une énergie (la biomasse) certes renouvelable mais fortement émettrice de GES, comme énergie alternative ou solution au réchauffement climatique.

    Plus spécifiquement, la stratégie territoriale chiffrée  appelle les remarques suivantes :

    1) Réduire de 55% la consommation énergétique, soit – 247 GWh
    – rénover combien de maisons par an pour économiser 247 GWh d’ici 2050  ? Quid de la consommation des nouvelles constructions ?
    – développer les nouvelles mobilités : quantifier la contribution des nouvelles mobilités à l’économie de 247 Gwh d’ici 2050. Quels objectifs concrets ?
    – développer des énergies alternatives : quelles énergies alternatives, le biogaz, émetteur de GES ?

    Les chiffres tiennent-ils compte des consommations indirectes d’énergie ? Le système agricole a besoin d’intrants pour fonctionner (engrais, fertilisants, pesticides, alimentation animale, matériels, bâtiments…). Ces intrants nécessitent aussi de l’énergie pour être fabriqués tout comme les produits de consommation qui sont massivement importés.

    2) Produire 5 fois plus d’énergie, soit 390 Gwh
    – développer le solaire photovoltaïque : quel objectif chiffré d’ici 2050 pour quel volume ?
    – développer la méthanisation et le biogaz. Cet objectif ne réduira pas les émissions de GES dans la mesure où le biogaz est du méthane qui en brûlant crée des GES. Le biogaz est peut-être une énergie renouvelable dans la mesure où elle est produite à partir de biomasse. Mais ce n’est pas une énergie neutre en GES. Ce n’est donc pas une solution pour enrayer le réchauffement climatique.
    – développer l’éolien : combien d’éoliennes pour produire combien de GWh d’ici 2050 ?

    Actuellement on cumule énergies fossiles et énergies renouvelables. Il n’y a pas de substitution des énergies fossiles par des ER. Il y a juste de plus en plus d’énergie disponible, et partant de consommation d’énergie.

    3) Réduire les émissions de GES de 170 ktC02 d’ici 2050
    – convertir une partie du parc automobile vers le biogaz (émetteur de GES!!!???), l’électrique, ou l’hydrogène (cette technologie sera-t-elle viable d’ici 2050). Quel rythme de conversion ?
    – adopter des bonnes pratiques dans le monde agricole. L’élevage représente 45 % des émissions de GES sur le territoire. Quelles mesures sont préconisées, la réduction du cheptel ?
    Et si on compte les petits nuages du graphique, l’agriculture (élevage compris) représenterait 65 % des GES sur le territoire. Que préconise-t-on pour éviter et réduire ces GES ?
    Par ailleurs, l’élevage breton repose sur l’importation de céréales (soja, maïs) produits entre autre grâce à la déforestation. Ces émissions indirectes ne sont pas comptabilisées dans le diagnostic national ou territorial sous le poste agriculture et pourtant, elles sont loin d’être négligeables..

    – stocker davantage de carbone en plantant des arbres : combien d’arbres à planter d’ici 2050 si 10 arbres = 8 tC02

    Comment ces mesures sont-elles déclinées quantitativement et dans le temps ?
    Toutes ces mesures sont-elles des objectifs contraignants ou prescriptifs ?
    Quelle évaluation des résultats, à quelles échéances ?

    N.B. : Qualité de l’air : il serait plus honnête de dire qu’elle n’est mesurée qu’en un seul point en Bretagne (Mordelles). Par exemple, l’élevage produit de l’ammoniac qui s’évapore dans l’air mais n’est pas mesuré par Air Breizh. Quid des mesures des particules fines ?

    Enfin quel est l’objectif d’un PCAET :
    – atteindre l’autonomie énergétique du territoire pour le plus grand bénéfice des habitants comme semble le suggérer ce document
    – ou décarboner l’énergie et l’économie du territoire pour lutter contre le réchauffement climatique  ?

    Le 15/11/2020 – Béatrice Dupont

  2. Ping : Transport scolaire : à 2km de l’arrêt de car… – Questembert , un regard de citoyen

Laisser un commentaire