Histoire du patrimoine, bureau des légendes, ne pas confondre

Le patrimoine avait droit à plusieurs pages de Questembert-Le Mag n°13 janvier-février. Des pages intéressantes et bien illustrées. Et les auteurs soulignent qu’à côté des vieilles pierres, des chapelles et maisons anciennes notre patrimoine est aussi « naturel » et même « immatériel ». Mais sans approfondir le sujet. Manque de place.

Notre héritage, notre bien commun

Tout cela constitue notre héritage, notre richesse commune, et nous devons collectivement entretenir, maintenir, réparer ces traces du passé. Logique donc que la municipalité s’y engage, mais aussi les comités de chapelle et autres associations, avec le soutien technique et financier du département, de la région, de l’Etat, sans oublier de solliciter quand c’est possible les fonds européens.

En d’autres temps, j’avais rappelé quelques principes sur la conservation du patrimoine. A tenir loin des fantasmes du folklore, et je me réjouis que le bulletin municipal aborde le sujet avec sérieux. Je me permets de formuler quelques regrets : quelles actions la municipalité a-t-elle réalisées au cours des 6 dernières années pour la conservation ou la restauration du patrimoine ? Qui se préoccupe du retable de bois de la chapelle du Bodan qui s’empoussière dans les réserves communales ? Qui parle encore de l’escalier intérieur de la Tour Belmont dont la restauration avait été liée à la réhabilitation de l’hostellerie Le Guennego et qui peut s’y intéresser maintenant que le rez-de-chaussée de ce bâtiment a été privatisé ?

Quoi que dise M. Diego Mens qui travaille au conseil départemental (direction de la culture), nous n’avons pas à proprement parler de rues médiévales à Questembert (il parle de maisons du 15ème au 18ème siècles), mais nous avons des constructions plus récentes qui mériteraient qu’on s’y intéresse. Tout cela pourrait justifier un inventaire du patrimoine qui pourrait d’ailleurs se faire au niveau de la communauté.

Pour le patrimoine naturel, la communauté pourrait s’engager dans un « atlas de la biodiversité intercommunale » comme d’autres collectivités s’y sont engagées. Et localement, nous avons déjà l’expérience de la zone Natura 2000 de la vallée de l’Arz.

Sans oublier les travaux conduits pour le projet Coulée verte autour de Célac, un projet qui a été abandonné.

Les traces du parler gallo, les pratiques anciennes autour des sonneries de bassin (à la St-Jean), mais peut-être aussi les cantiques parodiques chantées aux Rogations, pourraient être recensés dans notre « patrimoine immatériel ».

Il y a à faire, mais…pas le bureau des légendes.

Ces quelques observations donnent des pistes à suivre. Mais ne prenons pas non plus de fausses routes, ne confondons pas l’histoire de notre patrimoine avec le « bureau des légendes ».

Une plaque commémorative pour un événement qui n’a peut-être pas eu lieu

Inutile donc de s’acharner à marquer la trace de la victoire d’Alain le Grand sur les Vikings dans une bataille qui n’a peut-être jamais eu lieu, ou peut-être ailleurs. Pourquoi marquer d’une plaque qui coûte 185 Euros un événement hypothétique ? Et que dire du « chapitret » de la rue St-Martin ? oui, c’est un curieux bâtiment, on peut même l’appeler « chapitret », si vous en trouvez une définition un peu solide, mais il ne faut pas raconter que c’était une sorte de tour de guet où vivait au 14ème ou 15ème un gardien. L’histoire est belle… mais le bâtiment n’était pas construit en 1825 quand a été établi le premier cadastre « napoléonien »

Le cadastre de 1825

On peut raconter de belles histoires… mais ça ne fait pas l’Histoire.

Une réponse pour “Histoire du patrimoine, bureau des légendes, ne pas confondre”

  1. Ping : La richesse des communes – Questembert , un regard de citoyen

Laisser un commentaire